VITICULTURE EN FRANCE.

 

Accueil. Jeux. Concours. Rencontres. Argent. Musique. Films. Bons plans. Cadeaux. Webmaster.
 Humour. Fleurs. Vins. Lingerie. Voyages. Coquine. Bijoux. Maigrir. Partenaires. Plan du site.

 

Viticulture en france.

Viticulture en france.             ChateauOnline

      La viticulture est la culture de la vigne, dans le but souvent de produire du vin (on emploie alors le néologisme de viniculture), mais également des raisins de table ou des raisins secs. En France, elle trouve ses sources à l'époque de l'Empire romain.

      En 2004, il s'agit encore d'une économie essentiellement basée sur des exploitations familiales. Pendant longtemps, la France viticole aux 450 appellations et aux dizaines de milliers de domaines de petite taille, malgré son potentiel fabuleux, attendait qu'on vienne lui acheter son vin et n'a pas appris à le vendre, à l'exception des clubs élitistes des "Grands crus" ou du "Champagne".

La Réglementation française

      Le choix des cépages pour la production de vin de table n'est plus libre en France depuis la parution en 1953 d'un décret portant sur l'orientation de la production viticole.

      En 1955 les cépages furent classés en 3 catégories :

       Depuis 1970 la réglementation communautaire ne reconnaît que deux catégories les cépages recommandés, issus de variétés de Vitis vinifera L., et les cépages autorisés, dont la culture n'est pas souhaitable.

       À noter qu'il existe aussi des cépages interdits : le clinton, l'herbemont, l'Isabelle, le Jacquez, le noah, et l'Othello.

       Le choix des cépages est très strictement réglementé pour les appellations AOC, et plus libre pour les vins de pays.

      Selon les vignobles, les cépages peuvent être vinifiés seuls (vins mocépages) ou mélangés (vins d'assemblage). L'Alsace et la Bourgogne sont par exemple des vignobles traditionnels de vins monocépages alors que Châteauneuf du Pape est l'illustration la plus flagrante du concept d'assemblage (jusqu'à 13 cépages différents sont autorisés). Dans un même vignoble, les deux pratiques peuvent coexister : ainsi à Bordeaux, les Médoc résultent souvent d'assemblage, alors que les Saint Emilion et Pomerol sont fréquemment de purs merlot.

       Ces pratiques de vinification ne sont pas à confondre avec la notion récente de vins de cépages, qui correspond à des vins de pays monocépages dans lesquels est recherchée l'expression du cépage sans interférence du terroir : un Château Grillet est un cru prestigieux élaboré à partir du seul cépage viognier sur le terroir mondialement renommé de Château Grillet, un vin de pays de la drôme viognier est un vin de cépage, dans lequel le consommateur s'attend à retrouver les caractéristiques du cépage viognier et elles seules.

Réforme de la filière viti-vinicole française

      Le consommateur européen est devenu au cours des années, plus exigeant, plus sélectif, plus regardant sur la qualité et curieux des vins d'autres contrées. En France, la consommation moyenne a régressé de près de 10% de l'an 2000 à 2005.

       En juillet 2004, le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a lancé la réforme de filière viti-vinicole française en recevant les représentants des organisations professionnelles qui siègent au conseil de l' Onivins (Office national interprofessionnel des vins). Il s'agit de sortir d'une des plus grandes crises que le secteur ait connue de son histoire (la plus grave restant la crise phylloxérique qui a vu disparaître certains vignobles entiers), car pas une région n'échappe à la chute dramatique des ventes et aux faillites en nombre.

      Trois causes sont responsables de la situation actuelle, une baisse constante de la consommation aux plans mondial et national (la France restant le premier pays consommateur au monde), la concurrence des vins étrangers, renforcée par un euro trop fort, mais également une complexité extrême de la production française et son inadéquation aux marchés étrangers. Pour mémoire il y a environ 160 vins de Pays et 450 AOC. Le pire peut côtoyer le meilleur et les consommateurs sont décontenancés devant les étiquettes des vins français et leur classement entre les vins de table, les trois dénominations de vins de pays (départementale, de zone et régionale)(il n'y a en fait que des vins de pays de département et des vins de pays de zone, mais il y a en fait des grandes zones qui se superposent avec des petites par exemple les vins de pays d'oc ou les vins de pays de Portes de Méditerranée) , les AOVDQS, les AOC et les crus.

      René Renou, président du comité des vins et spiritueux de l'INAO, chargé des AOC et auteur d'un projet de réforme radical, annonce : « Si nous ne faisons pas le ménage nous-mêmes, le marché le fera à notre place (...). Le consommateur ne s'y retrouve pas, il faut regagner sa confiance et produire toujours de meilleurs vins ». Les exportations ont chuté de 3% en 2003 et au premier trimestre 2004, elles enregistrent une baisse de 7% en valeur et de 4,6% en volume, par rapport au premier trimestre 2003.

      La nouvelle organisation proposée s'articule autour de deux grands groupes de produits :

      Un livre blanc de la viticulture française a été présenté à l'assemblée nationale. Le texte est disponible sur le site de la documentation française (Livre blanc de la viticulture française)

Les terroirs français

Les grands terroirs

Les petits terroirs

Autres vins

La production française

      Le potentiel pour 2004 de la récolte française de vin est estimée à 56,6 millions d'hectolitres, soit une hausse de 2% par rapport aux cinq dernières années et de 19% par rapport aux 47,6 millions d'hectolitres de 2003 affectée par le gel printanier puis par la canicule.

     La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et les Jeunes Agriculteurs demandent un « soutien conjoncturel », aux exploitations les plus en difficultés, une mesure d'arrachage temporaire, un « soutien à la commercialisation ».

      Le premier ministre Jean-Pierre Raffarin est dans l'attente du « livre blanc » sur le vin, axé sur les problèmes de publication et de santé publique, et dont la revendiquation principale est de considérer le vin comme en aliment, tel que le fait l'Espagne depuis juillet 2003.

      Plus du tiers de la production française est écoulé à l'export pour près de 6 milliards d'euros, mais ses principaux marchés historiques — États-Unis, Allemagne et Bénélux — semblent bouder les vins français. Seuls les Anglais restent de fidèles clients, mais en quantité seulement, car la progression des importations profitent essentiellement aux États-Unis à l'Australie et à l'Afrique du Sud qui font preuve d'une redoutable efficacité commerciale.

Retour: Cave à vin climadiff. Vin artevino. Vin liebherr.

clics malins

Copyright (c) 2005-2012 Clicsmalins. Tous droits réservés.    

 

    clicsmalins@wanadoo.fr                                                                                                                          clics malins