LE RAPPORT SEXUEL. FREQUENCE RAPPORT SEXUEL. FAIRE L'AMOUR.

 

Accueil. Jeux. Concours. Rencontres. Argent. Musique. Films. Bons plans. Cadeaux. Webmaster.
 Humour. Fleurs. Vins. Lingerie. Voyages. Coquine. Bijoux. Maigrir. Partenaires. Plan du site.

 

Le rapport sexuel. Frequence rapport sexuel. Faire l'amour.   

Ulla.com

     Un rapport sexuel est un acte sexuel mettant en jeu plusieurs partenaires.

       Lorsqu'il y a pénétration du pénis d'un partenaire dans le vagin (ou parfois l'anus) de l'autre, on parle de coït, de fornication ou de copulation. Un rapport sexuel n'implique pas forcément un coït.

Les phases selon William Masters et Virginia Johnson

      Le gynécologue William Masters et la psychologue Virginia Johnson ont défini quatre phases de la réaction sexuelle dans un ouvrage célèbre intitulé Les réactions sexuelles (Human Sexual Response). À ces phases, le docteur Helen Singer Kaplan a ajouté celle du désir.

      D'après ces auteurs, les différentes phases sont :

  1. le désir
  2. l'excitation
  3. le plateau
  4. l'orgasme
  5. la résolution

      Ces differentes phases, observables aussi bien chez l'homme que chez la femme, se manifestent par des variations physiologiques.

Variations physiologiques observées :

Coït vaginal

      Au sens strict, le coït vaginal consiste en la pénétration du pénis de l'homme, en érection, dans le vagin de la femme.

      Afin de provoquer l'excitation chez les deux partenaires, le coït est généralement précédé de préliminaires, consistant généralement en caresses, baisers, massages, masturbation des organes génitaux du ou de la partenaire, etc. On notera également que la parole pourra également, chez certaines personnes, produire un effet d'excitation non-négligeable. L'excitation conduit chez l'homme à l'érection du pénis, c'est-à-dire à son gonflement en pleine longueur et à sa rigidification, et chez la femme au gonflement du clitoris et des petites lèvres, ainsi qu'à la détente et à la lubrification du vagin par la production de cyprine.

      La pénétration peut être pénible et douloureuse pour les deux partenaires si le vagin est trop serré ou insuffisamment lubrifié. Le vagin et la vulve se lubrifient naturellement chez la femme pubère et non ménopausée lorsqu'elle est excitée, mais cette lubrification peut être insuffisante. Chez la femme vierge, la pénétration est souvent inconfortable, voire douloureuse, en raison de l'appréhension de l'acte et du déchirement de l'hymen. Chez la femme ménopausée, le vagin peut être atrophié et sec (ce phénomène est combattu par le traitement par hormones de substitution). En cas de lubrification insuffisante ou d'étroitesse excessive, on peut utiliser des lubrifiants intimes artificiels, notamment des gels à base d'eau.

      Des mouvements d'aller-et-retour du pénis dans le vagin stimulent d'une part le pénis de l'homme, d'autre part le vagin, les petites lèvres et le clitoris de la femme. Le plaisir qui en découle dépend de nombreux facteurs, notamment l'habileté des partenaires. Ces mouvements peuvent s'accompagner de baisers, de caresses sur les seins, les fesses, le clitoris, l'anus, et autres parties du corps.

      Le sommet du plaisir s'appelle l'orgasme. Au cours de l'orgasme masculin se produit généralement l'éjaculation, c'est-à-dire l'expulsion de sperme dans le vagin. Celle-ci peut être retenue par le préservatif. L'orgasme féminin se traduit par des spasmes du vagin, généralement accompagné par une intense lubrification, et dans certains cas d'une éjaculation (expulsion en jet du liquide secrété par les glandes de Skene, près de l'urètre).

      Le coït peut se pratiquer dans diverses positions, la plus classique étant la position dite du missionnaire : la femme est allongée sur le dos, cuisses écartées, l'homme s'allonge sur elle. Le choix de la position dépend des anatomies, des goûts, des circonstances et des fantaisies des partenaires.

      Lors d'un rapport sexuel, il existe un risque de transmission de maladies, notamment du SIDA. Ce risque peut être diminué par l'utilisation d'un préservatif.

Autres formes de rapport

      La pénétration du pénis dans le rectum via l'anus s'appelle la sodomie. La pénétration du pénis dans la bouche et sa succion par les lèvres et la langue s'appelle la fellation. Toutes deux peuvent être pratiquées dans des relations hétérosexuelles, mais donnent aussi aux homosexuels masculins la possibilité d'avoir des rapports sexuels.

      Le pénis peut être remplacé par un godemichet, c'est-à-dire un instrument artificiel de même forme. Celui-ci peut être monté sur un harnais pour obtenir des postures de pénétration semblables à celles d'un vrai pénis.

     Le baiser, la succion et le léchage de la vulve avec la bouche et la langue s'appellent le cunnilingus.

      Il existe d'autres combinaisons, notamment la position 69, combinant une fellation et un cunnilingus, deux fellations ou deux cunnilingus.

      Cette peinture du XIXeme siècle renseigne dans quel état se trouve la représentation des rapports sexuels dans la société civile, dominée alors par un discours rigoriste de bonnes moeurs prohibant toute licence. Alors que dans la société occidentale la séduction est un rôle conféré aux prétendants masculins pour l'objet de leurs émois, le peintre inverse ici de manière narquoise cette distribution des rôles, en les affectant à un faune pris en main par des nymphes délurées.(source: allégorie de William Bouguereau - XIXe siècle)

Flou de la définition

      La définition de « rapport sexuel » souffre toutefois d'une certaine imprécision. Le président des États-Unis d'Amérique Bill Clinton, interrogé au sujet d'éventuelles relations extraconjugales, avait répondu qu'il n'avait pas eu de rapport sexuel avec Monica Lewinsky et avait ensuite argué que sa définition de rapport sexuel était un rapport vaginal, or il ne pratiquait que la fellation avec cette dame.

Classifications légales

     Un rapport sexuel imposé à une personne non consentente est nommé viol. De nombreux États punissent sévèrement le viol.

      Certains États considèrent que les relations sexuelles entre époux sont toujours légales, d'autre considèrent qu'il peut y avoir un viol conjugal.

      Certains États considèrent la sodomie, la fellation et/ou le cunnilingus comme des « pratiques déviantes » et les répriment pénalement en théorie. Dans la pratique, il faudrait déjà que soit présents sur place une personne qui désire porter plainte, plus un témoin qui accrédite ladite plainte, conditions tout de même rares.

      Un rapport sexuel entre un homme et une femme non mariés est qualifié de fornication. La fornication est réprimée pénalement dans certains États, avec la même inapplicabilité pratique (sauf malchance) que pour le point précédent, …

     Un rapport sexuel entre une personne mariée et une autre personne qui n'est pas son époux est nommé adultère. L'adultère est réprimé pénalement dans certains états, et est généralement un motif de divorce aux torts de celui qui le commet.

       À l'époque où les contraceptifs étaient peu répandus, l'adultère de la femme était réprimé plus fortement que celui du mari, au motif du risque qu'elle faisait courir à son mari de devoir subvenir pendant quinze ans aux besoins d'un enfant qui n'était pas le sien. Bizarrement, l'amant adultérin, tout aussi responsable, n'était pourtant nullement inquiété.

En France

      Le viol est un crime, y compris entre époux. Les relations sexuelles entre adultes consentants ne sont pas punies pénalement, quelle que soit leur nature, tant qu'il n'y a pas d'atteinte à l'intégrité physique. Par contre, l'adultère est un motif de divorce, l'article 212 du code civil stipulant : « Les époux se doivent mutuellement fidélité » ; cela rentre dans la catégorie des « divorces pour faute » (violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage imputables au conjoint et rendant intolérable le maintien de la vie commune).

Retour: Sexe shop. Sexe shop catalogue. Catalogue sexe shop.

clics malins

Copyright (c) 2005-2012 Clicsmalins. Tous droits réservés.    

 

    clicsmalins@wanadoo.fr                                                                                                                          clics malins